Facebook
Twitter
Viadeo
 

[CPS RENNES] Charlotte, Orthophoniste d'avenir !

Publiée le vendredi 19 aot 2016


Témoignage de Charlotte M., ancienne étudiante en classe prépa Orthophoniste de Rennes

 

  • Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Bonjour, je m'appelle Charlotte Mativet, j'étais élève de la classe Larynx (prépa orthophoniste) du CPS en 2015-2016. J'étais un petit peu la "mamie" du groupe du haut de mes 26 ans :) ! J'ai en fait initialement une formation d'ingénieur INSA, spécialisée en matériaux et nanotechnologies, mais une fois arrivée sur le marché du travail j'ai réalisé que ce n'était pas en phase avec mes vraies aspirations...

 

  • Pourquoi avoir choisi notre école CPS ?

En réalité je n'ai pas vraiment "choisi" le CPS. J'ai d'abord tenté d'être tirée au sort en Belgique afin d'y être formée en 3 ans (contre minimum 6 ans en France en comptant le concours plus les 5 années d'école). Le sort en a décidé autrement, mais maintenant que je connais l'issue de cette année je n'ai aucun regret, bien au contraire: la formation française est plus complète et plus valorisée.  Pour en revenir au choix du CPS, j'ai été totalement prise au dépourvu suite à la déception belge (j'ai tendance à être trop optimiste) du coup j'ai contacté en urgence toutes les prépa de Rennes, et Madame Vignon a été la plus réactive, j'ai eu la chance de la rencontrer dès le lendemain de ma prise de contact, et ayant déjà 3 semaines de retard je devais vite intégrer une classe.

 

  • Vers quelle prépa vous êtes-vous orienté ? et pourquoi ?

Je me suis orientée vers la prépa orthophoniste car j'ai compris après un gros travail d'introspection que ce métier _à la croisé du médical, de la psychologie et de la pédagogie _ mettrait à profit mes "vraies" qualités. Si je reprenais mes études c'était pour devenir orthophoniste ou rien d'autre.  De la prépa je retiens que, malgré l'esprit de concours et la sélectivité qu'impose le numerus clausus, l'entraide entre étudiants est possible et même nécessaire. Cela permet de gagner un temps précieux, puisque lorsque l'on passe un concours on manque rarement de motivation mais toujours de temps.

 

  • Pouvez-vous nous dire vos résultats obtenus aux concours et sur ces moments si particuliers ?

Aaaah les concours... Un sacré tour de France qui nous fait découvrir des contrées inattendues ! Personnellement, vu mon profil (pour ne pas dire "mon âge") je m'étais fixé l'objectif d'avoir un concours, quel qu'il soit, dès la première année. J'en ai donc passé plusieurs (huit exactement). J'ai d'abord ciblé les concours à dominante scientifique (logique et mathématiques) puisque c'était ma force incontestable compte tenu de mon parcours. Ensuite j'ai complété mon planning du tour de France en fonction des dates, à moins d'être doué du don de l'ubiquité il faut faire des choix...  C'est pas forcément facile, cela prend du temps et demande pas mal de réflexion, il faut se montrer stratégique.   Pendant les concours j'étais stressée bien sûr, mais encore plus pendant les révisions, j'étais parfois gagnée par la panique la veille au soir du jour J. Mais une fois dans les starting blocks je parvenais bizarrement à garder sous contrôle mes nerfs. Et puis après chaque concours on vérifie ses réponses, on cherche la correction de la dictée, on regrette ses fautes bêtes etc, bref on refait le match. Je me suis mis beaucoup de pression pour atteindre mon objectif, mais très sincèrement je ne croyais pas vraiment que j'y parviendrais. J'espérais pourtant !  Avant chaque concours on prend connaissance du nombre de candidats... Puis du nombre d'admis.... Mieux vaut ne pas faire le calcul !  Concernant la fatigue engendrée, je n'ai pas été gênée , j'ai la chance d'avoir besoin de relativement peu de sommeil, ou du moins de ne pas ressentir la fatigue.

 

  • Qu’est-ce qui vous a plus au CPS ?

Au CPS j'ai apprécié le petit groupe de travail, qui favorise l'entraide, la participation et inhibe l'esprit de compétition le temps des cours. Pour les personnes qui, comme moi, se mettent une pression monstre toute seule, pas besoin d'en rajouter à la prépa !

 

  • Où travaillez-vous aujourd’hui ? Quel est votre métier ? Pouvez-vous détailler ?

Aujourd'hui je prépare mon déménagement, je serai Toulousaine pour les 5 années à venir, et peut-être plus qui sait... J'ai eu un vrai coup de cœur pour la ville et ai favorisé ce centre de formation plutôt que celui de Lille ou de Paris du fait de sa promo à taille humaine (36 admis). Donc je suis ravie et impatiente de commencer à "devenir orthophoniste" :) !

 

  • Quels conseils donneriez-vous aux futurs étudiants de prépa ?

Je conseillerais aux futurs étudiants avant tout de croire en eux car c'est possible... 100% des admis l'ont fait ! J'ai eu la sensation de ne véritablement réussir aucun des concours passés, je me disais toujours qu'il y aurait forcément meilleur que moi, et finalement j'ai été admissible à 6 concours. Donc croyez en vous et n'abandonnez jamais au milieu d'un concours, même si vous pensez que c'est fichu, nombreuses sont les surprises (bonnes ou mauvaises...) en concours car l'issue du combat dépend autant des autres que de vous. A Toulouse par exemple où j'étais persuadée d'avoir loupé, j'ai finalement été classée 6ème ... Je conseille aussi de bien choisir ses concours, c'est très important pour ne pas s'éparpiller et perdre son temps et son énergie. Et puis sinon pas de secret, il faut "vivre concours" pendant 6 mois.

 

  • Avez-vous une anecdote sur votre année au CPS ?

Une anecdote... Je pense aux fous rires pendant la préparation aux oraux avec madame Camilleri : je devais m'entraîner à chanter pour l'oral d'admission de Caen, je ne sais pas qui riait le plus de moi ou des filles condamnées à m'écouter.

 

  • Si vous deviez définir l’école CPS en deux mots ?

En deux mots je dirais convivialité et proximité.

 

Nous remercions Charlotte pour son interview très riche et complète. Bon courage à elle et à bientôt au CPES Rennes en tant qu'intervenante ? :)